La longévité n’est pas la même chose que l’espérance de vie. Le terme “longévité” place ce que l’on appelle la “durée de vie en bonne santé” au centre de la discussion. Il s’agit de la période pendant laquelle une personne est en bonne santé au cours de sa vie. Les chiffres montrent qu’une augmentation de l’espérance de vie n’entraîne généralement pas une amélioration de la durée de vie en bonne santé. Selon les calculs de l’OMS, l’espérance de vie dans le monde a augmenté de 6,6 ans entre 2000 et 2019 pour atteindre 73,4 ans, alors que la durée de vie en bonne santé n’a augmenté que de 5,4 ans. En résumé, les gens sont malades un an de plus.

Les chiffres pour la Suisse sont mitigés. L’espérance de vie des femmes suisses en 2022 était de 84,1 ans. Cela correspond à une augmentation de 1,3 an par rapport à il y a 20 ans. Au cours de la même période, l’espérance de vie en bonne santé a augmenté de 2,5 ans pour atteindre 71,2 ans. Il n’en va pas de même pour les hommes suisses. Entre 2002 et 2022, leur espérance de vie a augmenté de 4,2 ans pour atteindre 81,6 ans. Dans le même temps, la durée de vie en bonne santé n’a augmenté que de 3,3 ans pour atteindre 70,8 ans.

Combler l’écart entre l’espérance de vie et la durée de vie en bonne santé est l’objectif principal de l’approche de la longévité, qui place le vieillissement en bonne santé au centre des soins de santé. Cependant, la durée de vie en bonne santé ne peut pas être améliorée uniquement par des interventions médicales. Ce qui influence positivement la santé, c’est une combinaison de différents facteurs qui nécessite une vision plus holistique du “vieillissement”. C’est ce que montrent, entre autres, les études sur les régions où la proportion de personnes vivant jusqu’à 100 ans ou plus est supérieure à la moyenne. Ce qui caractérise ces “zones bleues”, ce sont les valeurs positives des déterminants non biologiques de la santé, tels qu’une vie sociale intacte, une alimentation saine et un faible niveau de stress.

Les études portant sur les déterminants de la santé partent du principe que les soins médicaux (11 %) et les conditions biologiques et génétiques (22 %) ne représentent qu’un tiers environ de l’ensemble des facteurs influençant la santé. Le comportement individuel (36 %) et la situation socio-économique (24 %) sont plus importants, mais les influences environnementales (7 %) jouent également un rôle.

Néanmoins, la compréhension biomédicale du processus de vieillissement a fait de grands progrès ces dernières années. La prévention et le dépistage précoce des maladies et des problèmes de santé jouent un rôle important à cet égard. À cet égard, on attend beaucoup des technologies numériques telles que l’intelligence artificielle, qui permettront d’apporter des preuves scientifiques aux mesures préventives et d’en accroître l’acceptation.

https://www.thealpinecenter.com/blog/you-need-to-understand-healthspan

Néanmoins, la compréhension biomédicale du processus de vieillissement a fait de grands progrès ces dernières années. La prévention et la détection précoce des maladies et des problèmes de santé jouent un rôle important à cet égard. À cet égard, on attend beaucoup des technologies numériques telles que l’intelligence artificielle, qui permettront d’apporter des preuves scientifiques aux mesures préventives et d’en accroître l’acceptation.

Toutefois, le thème de la “longévité” exige non seulement un élargissement du concept de santé, mais aussi une meilleure intégration de nouvelles parties prenantes dans l’écosystème des soins de santé. Outre le secteur technologique et la numérisation, l’importance des industries de l’alimentation, de la finance et du bien-être augmentera également. À cet égard, la Suisse est en excellente position pour jouer un rôle mondial de premier plan dans la tendance et le marché croissants de la longévité à l’avenir.

Sources des données

Chiffres de l’Organisation mondiale de la Santé

((https://www.who.int/data/gho/data/themes/mortality-and-global-health-estimates/ghe-life-expectancy-and-healthy-life-expectancy))

Chiffres de l’Office fédéral de la statistique

((https://www.bfs.admin.ch/bfs/de/home/statistiken/gesundheit/determinanten.assetdetail.30505725.html))

Chiffres relatifs à l’impact sur la santé

((https://www.goinvo.com/vision/determinants-of-health/))